Chargement

La baisse de la fréquentation des cimetières inquiète en France

La baisse de la fréquentation des cimetières inquiète en France

Depuis quelques années, la baisse de fréquentation des cimetières est inquiétante. De plus en plus délaissés par les familles et les proches des défunts, les cimetières ne semblent plus être les principaux lieux de mémoire. Si les « anciens » continuent d’arpenter leurs allées pour entretenir le souvenir de leurs disparus, les nouvelles générations ont aujourd’hui d’autres priorités.

Pourquoi et comment redonner une seconde vie aux cimetières ?

Cimetières et évolution des modes de vie : une cohabitation difficile

L’époque où le cimetière était au cœur des préoccupations des Français semble bien lointaine. Alors qu’il constituait le principal lieu de mémoire où les familles venaient régulièrement se recueillir, il est aujourd’hui boudé et mis sur la touche. La tombe, autrefois considérée comme un élément fondamental, répondant au besoin de mémoire des proches tout en affirmant leur statut social, n’est plus qu’un lointain souvenir.

L’évolution des modes de vie a bouleversé ces valeurs et modifié la donne. Contraints à une plus grande mobilité professionnelle et concentrés dans de vastes zones urbaines, les Français n’ont plus les mêmes priorités. Sans compter que l’éclatement des mariages, la croissance des ménages recomposés et la dispersion des membres d’une même famille ont largement contribué à les éloigner du cimetière familial. S’il y a encore quelques années il était inconcevable de déroger à la visite familiale du dimanche au cimetière, aujourd’hui, ils préfèrent passer du temps avec leurs proches, vivants, loin de la vision de tombes parfois délabrées ou mal entretenues, voire laissées à l’abandon.

La crémation gagne du terrain et éloigne les Français des cimetières

Le nombre croissant de crémations n’est pas anodin à cet éloignement des cimetières. En plein essor, la crémation connait un succès fulgurant (35 % des défunts) et pourrait représenter près de la moitié des Français d’ici 2030.

Bien que son impact soit positif pour les cimetières de nombreuses communes (gain de place, satisfaction des demandes des administrés, empreinte écologique réduite, etc.), elle n’incite pas les Français à franchir les portes des cimetières. Les communes n’ayant pas toujours mesuré les réelles attentes des familles, les espaces cinéraires sont parfois négligés et intégrés dans un environnement peu propice au recueillement et au souvenir.

Si, certes, la distance est un frein à la visite d’un cimetière, les familles cherchent néanmoins à se souvenir de leurs défunts crématisés, au même titre que ceux inhumés, ne serait-ce à la période de la Toussaint, moment favorable aux rapprochements familiaux. Pour raviver la fréquentation des cimetières, les collectivités locales doivent entendre les doléances de leurs administrés, de plus en plus nombreux à choisir la crémation.

Les communes doivent repenser l’aménagement de leur cimetière

La crémation bouscule la tradition funéraire. Les communes doivent en prendre conscience pour évaluer différemment les attentes des familles. Beaucoup d’entre elles s’éloignent des cimetières, car elles ont de plus en plus de difficultés à y trouver un lieu d’apaisement et de recueillement. Dans un contexte où la société s’est largement individualisée et où la crémation prend un essor considérable, les communes doivent anticiper pour ne pas distendre ce lien entre vivants et morts.

Esthétisme des monuments funéraires et cinéraires pas en phase avec la recherche de sobriété des nouvelles générations, lacunes d’entretien les dévalorisant, manque de place pour déposer les urnes cinéraires ou encore aménagement de l’environnement désuet et peu convivial tendent à ternir l’image des cimetières.

Pour ne pas faire perdurer ce malaise et améliorer le taux de fréquentation des cimetières, les communes doivent repenser l’aménagement de ces lieux de mémoire et de partage. Elles doivent chasser cette représentation froide et impersonnelle en créant un lieu chaleureux pour perpétuer la relation intime entre le défunt et sa famille.

C’est pour toutes ces raisons que Granimond accompagne les collectivités locales depuis plus de 35 ans, de la conception à la réalisation de leurs projets d’aménagement d’espaces cinéraires, quelles que soient leurs attentes et contraintes. Spécialisés dans le granit transformé, nous leur proposons une vaste gamme de columbariums et d’accessoires pour la réalisation de jardins du souvenir dont l’esthétisme et l’harmonie sont en parfaite adéquation avec les attentes des familles.

 

 

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*